Les contributions scientifiques sur l’État des Lieux du département sur la thématique Solidarités

Solidarités

Jeudi 1er novembre

Programme prévisionnel

 

 

Conférences

9h – Introduction

9h05 – Migrations et solidarité à la frontière franco-italienne

Swanie Potot (Chargé de Recherches CNRS, HdR, URMIS-Unité de Recherches Migrations et Société)

Il s’agira de faire le point sur la situation concernant les migrations à la frontière franco-italienne depuis que celle-ci fait l’objet d’un contrôle renforcé, en 2015. On présentera les profils et les difficultés rencontrées par les migrants de part et d’autre de la frontière puis on reviendra sur les différentes formes de solidarité que des citoyens ont mises en œuvre pour les soutenir. La question de la criminalisation des « solidaires » sera analysée en regard de la dimension éminemment politique de la gestion de la frontière à l’heure des Etats-nations.


9h25 – Etat des lieux : Les inégalités sociales de santé dans le département des Alpes-Maritimes

Lionel Le Guen (Président MGEN des Alpes-Maritimes), Serge Schiano di Colello (Directeur MGEN des Alpes-Maritimes) et Emmanuelle Rudio (Déléguée MGEN des Alpes-Maritimes)

Alors que le nombre de médecins est parmi l’un des plus élevés de France, on relève dans les Alpes Maritimes, un taux de renoncement aux soins parmi les plus élevés de France et un taux de pauvreté supérieur à la moyenne nationale. Comment expliquer un tel paradoxe et comment les mutuelles de santé peuvent-elles répondre à celui-ci et contribuer à la réduction des inégalités sociales de santé ?


9h45 – La découverte permanente des inégalités sociales dans les Alpes-Maritimes

Yvan Gastaut (Maître de conférences, Université Nice Côte d’Azur, URMIS-Unité de Recherches Migrations et Société)

Mon intervention portera sur le caractère spécifique du traitement médiatique des inégalités sociales dans le département du 06. Selon sa réputation ayant dérivé en idée reçue, la Côte d’Azur est une terre de tourisme aristocratique et d’élite. Cette réalité, ancrée dans une dimension passé-présent, a provoqué une invisibilisation de la pauvreté. Celle-ci est pourtant importante et régulièrement, les institutions diverses mais aussi la presse locale, révèlent les disparités sociales criantes dans le département. La communication, après avoir retracé rapidement les conditions historique de ce fossé entre mise en lumière du luxe et misère cachée, proposera quelques pistes de réflexion sur la situation actuelle en matière d’inégalités sociales au risque d’engendrer une désaffection pour le département.


10h05 – Les opportunités offertes par le tourisme adapté, l’exemple du tourisme accessible aux personnes en situation de handicap

Mai-Anh Ngo (Docteur et HDR en droit privé, Ingénieur de recherche, Université Côte d’Azur, CNRS, GREDEG-Groupe de Recherche en Droit, Economie, Gestion)

Cette communication vise à démontrer l’intérêt à prendre en compte la question du tourisme adapté dans la mesure où cette question va bien au-delà du public en situation de handicap et participe en réalité au mieux-être de tous. L’étude démontre également que malgré un retard notable, la politique départementale et régionale en la matière évolue positivement avec en particulier des outils de labellisation volontaires qui valorisent clairement cette démarche.


Posters

L’observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes.

Les membres de l’Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes


L’histoire des migrations dans les Alpes-Maritimes.

Les membres de l’Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes


Les femmes migrantes dans le département des Alpes-Maritimes.

Les membres de l’Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes


Vidéos

Etat des lieux : Les inégalités sociales de santé dans le département des Alpes Maritimes

Emmanuelle Rudio, Lionel Le Guen, Serge Schiano di Colello et Eric Roussel (Mutuelle Générale de l’Education Nationale, Nice)

Alors que le nombre de médecins est parmi l’un des plus élevés de France, on relève dans les Alpes Maritimes, un taux de renoncement aux soins parmi les plus élevés de France et un taux de pauvreté supérieur à la moyenne nationale. Comment expliquer un tel paradoxe et comment les mutuelles de santé peuvent-elles répondre à celui-ci et contribuer à la réduction des inégalités sociales de santé ?