Démocratie

Transition écologique ET citoyenne

Les pays dits démocratiques sont gérés par des modèles fondés dans les siècles précédents, où les grands choix de société sont décidés par les représentations politiques élues. Les propositions législatives sont généralement issues des travaux de réflexion des partis politiques, mais très rarement d’une initiative citoyenne. A ce paysage, il faut rajouter d’autres paramètres qui diluent le pouvoir effectif des citoyens au travers de leur représentation: la hiérarchie pyramidale basée sur des enjeux de contrôle, les temporalités électives courtes qui favorisent le clientélisme, l’emprise des forces économiques et financières sur les pouvoirs politiques à toutes les strates de décision.

La mission de la régie publicitaire Google….

Il faut également rajouter l’influence de certains médias dominants, dont la liberté d’expression est ligotée par des puissances économiques ou industrielles majeures, et plus récemment, le contrôle médiatique et social, imposé à l’échelle globale, par les réseaux sociaux. Tout en croyant agir par les réseaux, le citoyen se sent de plus en plus impuissant face au champ politique, et cette impuissance se traduit généralement en abstention ou en vote populiste. Il ne reste au final qu’une Démocratie de façade, le Demos (peuple) étant controlé par l‘Oligos (petit groupe).

Réhabilitation de la gestion collective de la « Cité »

La transition citoyenne réside dans la prise de conscience que les choix collectifs qui pilotent nos vies et nos environnements peuvent être pris à d’autres échelles et sur d’autres schémas d’organisation, et avec d’autres enjeux que des enjeux strictement liés aux mécanismes financiers internationaux, mais des enjeux liés au Bien Public, aux Communs, à l’appropriation citoyenne du territoire.

Peut-on suivre de nouveaux modèles qui réinvestissent le citoyen dans une démocratie réelle ? Peut-on installer une démocratie participative efficiente et résiliente, capable de faire face à l’évolution du monde, capable de gérer les territoires dans le contexte des crises émergentes ? En attendant une mutation, pouvons-nous mettre en place des mécanismes de prévention des corruptions ?


La situation locale

Le département développe des particularismes divers, qui surprennent toujours les visiteurs. Les études sur le sujet soulignent généralement  le conservatisme politique du département, la gestion « insulaire » ou clanique, le clientélisme, la corruption, le manque d’implication des citoyens.  Néanmoins, nous découvrirons aux assises des pratiques locales vertueuses, qui sont en progression, ainsi que des engagements citoyens de plus en plus nombreux.

Les Assises permettront de découvrir des initiatives locales, basées sur l’implication citoyenne, aussi bien au sein d’organisations institutionnelles comme les Conseils Municipaux, qu’à l’échelle d’un groupe, d’un quartier, ou d’un territoire. Des conférences généralistes mettront également en lumière des processus de démocratie participative ou des stratégies de lutte contre la corruption.

Les Ateliers de la Transition qui clôtureront cette journée mettront également cette démocratie réelle en pratique, en montrant un certain nombre de techniques de débat et de décision.

Références: L’agir citoyen pour la transition écologique   Colloque sur démocratie participative MSH

 


La journée thématique consacrée à la Démocratie est le Lundi 29 octobre 2018, Amphithéatre x du campus St Jean d’Angély I: Introduction et première intervention à partir de 9H .

LE PROGRAMME DES INTERVENTIONS DE LA JOURNÉE DÉMOCRATIE

ATTENTION, L’ INSCRIPTION AUX JOURNÉES EST OBLIGATOIRE (pour cause de Vigipirate)


Et bien sûr, c’est à un repas BIO ET LOCAL que nous vous convions à la mi-journée ainsi qu’au goûter, concocté par nos meilleurs collectifs de transition alimentaire du département ! INSCRIPTION OBLIGATOIRE afin de prévoir les quantités

 

 

En parallèle sur l’autre amphithéatre, la journée thématique « Environnement »