La Transition

       Éditorial rédigé par le collectif Synergie de la Transition 06

Au sud des Alpes comme ailleurs……..

Le concept de Transition est apparu dans ces dernières décennies, lorsque des citoyens ont découvert l’importance de deux faits majeurs dans l’histoire de l’humanité :
La terre est toute petite ( 12 700 km de diamètre, couche d’air respirable de 5 km d’épaisseur) et les ressources que nous consommons ne sont pas infinies. Nous atteignons déjà certaines limites.

Le réchauffement global du climat et ses conséquences, dont la perte de biodiversité, sont causés par nos choix économiques et industriels. Les prévisions font apparaitre une menace sur l’ensemble de nos activités.

Le modèle de « croissance infinie » qui nous porte depuis la Révolution Industrielle arrive ainsi à son terme. Nous devons préparer un autre modèle de société dans lequel nous ne pourrons plus disposer des ressources actuelles comme aujourd’hui. Il ne reste que deux voies d’évolution de l’humanité : une transition douce et choisie,  forcément anticipée, ou une transition subie, et brutale.  Mais comment faire ? A quel terme ? Comment enclencher une transformation de la société qui permette d’encaisser l’impact des crises liées au réchauffement du climat et à la finitude des ressources ?

Agir par le bas

Il semble pour l’instant impossible, au vu des pouvoirs politiques et économiques dominant actuellement la planète, que nous puissions changer de modèle, à l’échelle globale, et par le haut. La prise de conscience n’est pas encore partagée, ni par l’ensemble des décideurs économiques et politiques, ni par l’ensemble des populations.

En attendant cette conscience collective, la seule possibilité de transformation réside dans le pouvoir du citoyen averti, du consommateur conscient, des populations avisées, par la modification de nos comportements à toutes échelles. Les solutions coopératives et autogérées, menées à la dimension des territoires, venant du bas, simples, sobres et résilientes,  prouvent déjà leur validité, partout dans le monde, en rendant obsolètes des systèmes centralisés en échec.

Mais approfondissons tout d’abord le contexte des bouleversements en cours :


La finitude des ressources

Les ressources de la planète sont celles qui nous permettent de nous nourrir, de nous abreuver, de nous vêtir, de nous chauffer, de nous loger, de nous équiper, de nous transporter, de nous soigner, de nous distraire: eau, terre, biomasse terrestre et marine, mais aussi énergies fossiles et matières premières.

Mine de cuivre au Chili: le pic d’extraction mondial du cuivre est dans une quinzaine d’années.

Dès les années 50, des scientifiques ont commencé à étudier ces ressources avec grande précision, à quantifier leur stock potentiel et leur consommation globale, à envisager les perspectives d’évolution face à divers scénarios de croissance économique et démographique. Alors que la terre ne portait que 3 milliards d’individus, les estimations montraient déjà une approche de valeurs-limite au cours du XXIème siècle.

Étude sur le pic d’extraction du cuivre ( 2013) : la demande est en pointillé sur le schéma.

En 1970, une cinquantaine de grands scientifiques et de grands acteurs internationaux réunis sous le nom de Club de Rome, commandent une étude aux chercheurs du prestigieux M.I.T., basée sur une modélisation mathématique des consommations mondiales de ressources, intégrant agriculture, industrie, économie, démographie, ressources non renouvelables, et environnement.

Le rapport, publié en 1972, intitulé « Les Limites à la Croissance« , fera grand bruit, en pointant non seulement l’existence de limites au modèle consumériste des Trente Glorieuses, mais aussi en mettant en évidence un effondrement rapide de nos ressources, commençant un peu avant la moitié du 21ème siècle. Ce modèle du M.I.T., régulièrement remis à jour depuis lors, aussi bien du point de vue technique que scientifique, confirme, quarante ans plus tard, les études de 1972 :  une croissance infinie est impossible dans un monde fini, et nous approchons à grand pas de limites incontournables.

Bon nombre de métaux essentiels, matières premières et énergies fossiles sont sur le point d’atteindre leur finitude, d’ici une à trois générations, et posent la question d’une mutation profonde de nos modèles économiques et industriels. Ce constat implique une décroissance de l’ensemble de nos consommations et de nos activités, ainsi qu’une transformation radicale de nos processus productifs.


Le réchauffement global du climat

Depuis le troisième sommet de la Terre à Rio en 1992, un consensus idéologique réunit la quasi-totalité des États de la planète autour de la protection de l’environnement et du développement durable. Les grandes conférences mondiales se succèdent chaque année, et rappellent inévitablement que l’augmentation constante des gaz à effet de serre dans l’atmosphère est directement corrélée à nos activités, et provoque ce réchauffement dont les conséquences impactent de plus en plus nos vies.

Les propositions vertueuses affluent de tous bords pour résoudre les problèmes, mais les décisions prises dans ces grandes conventions ne sont, pour l’instant, aucunement contraignantes. Le modèle économique thermo-industriel, porté par une croissance démographique importante, continue ainsi de plus belle ; nous battons régulièrement de nouveaux records d’émission de gaz à effet de serre, en extrayant et consommant toujours plus de ressources fossiles.

Les espoirs de limitation du réchauffement global en dessous de 2 degrés à la fin du siècle n’ont pas résisté aux dernières études du G.I.E.C. Le scénario le plus catastrophiste du dernier rapport sur l’évolution du climat, rapport issu des travaux de recherche de 12 000 scientifiques, prévoit jusqu’à 4.9° (moyenne globale…) de plus qu’au début du XX ème siècle. 

Les résultats de mesures des principaux gaz à effet de serre en 2018 ( source NOAA, département du Commerce USA). L’interdiction des CFC (gaz de réfrigération) dans les années 90 a fonctionné : on pourrait agir sur le CO2 !

L’ONU table sur un réchauffement moyen supérieur à 3 degrés au cours de ce siècle, autrement dit, sur la perspective de conséquences terribles pour les populations de l’ensemble de la planète. Le climat devient imprévisible et violent. La biodiversité mondiale chute à une vitesse effrayante, menaçant l’alimentation, la stabilité des nations, et donc la paix. Toute la planète est déjà impactée, dont les Alpes-Maritimes.

Devant les premiers signes de ce qu’on peut raisonnablement appeler un effondrement, les appels de scientifiques se succèdent pour réclamer « un changement radical de société pour éviter une perte dramatique de biodiversité et une misère généralisée ».  [Source: La Une de Le Monde, 14 nov 2017].

Mais la rentabilité à court terme est pour l’instant toujours prioritaire devant la prise en compte des débuts de l’effondrement. Il n’est cependant pas interdit de penser qu’une succession d’événements planétaires graves puisse créer une conscience globale de la nécessité d’une gestion réaliste, urgente et probablement radicale, de l’effondrement, imposant enfin des mesures contraignantes pour les pays les plus pollueurs et gaspilleurs.


La Transition Écologique et Citoyenne

Le constat est douloureux pour les défenseurs de l’environnement : près de soixante ans d’activisme politique constant, sur le climat et sur le gaspillage des ressources, auprès des décideurs politiques, économiques et industriels, ne réussissent toujours pas à modifier un système aveugle basé sur une croissance infinie dans un monde fini.

Face à cet échec, des actions se montent partout dans le monde, dans une vision pragmatique et positive, pour démontrer que le changement peut s’opérer d’en bas, du citoyen, du consommateur, de chaque  territoire. Ce mouvement n’est pas une révolution, un bouleversement soudain, mais une transition. Une transition d’un modèle fermé et aveugle vers un modèle ouvert sur le monde, solidaire et résilient.

Une transition douce et choisie, en lieu d’une transition subie et brutale. Un monde conscient de son état, conscient de son entrée dans une phase d’effondrement. Une transition écologique et citoyenne, car ne pouvant passer que par l’assentiment général.

Transition écologique, parce que la protection de notre biotope est une priorité, parce que nous ne pouvons plus ignorer la responsabilité de nos systèmes techniques et politiques dans l’effondrement de la biodiversité et le gaspillage des ressources. Parce que la totalité de notre nourriture en dépend. Parce que des solutions existent pour réduire ou effacer certains effets de l’effondrement. Parce que des ressources naturelles renouvelables peuvent se substituer à la finitude et au gaspillage de ressources, dans le parfait respect de notre planète, si nous poussons collectivement ce changement radical de modèle en le mettant en œuvre nous-mêmes dès maintenant.

Il ne s’agit pas de retourner à la bougie, mais de construire des phases de transition technologique, politique et sociale qui nous amènent à long terme à construire le bien-vivre dont nous rêvons. Nous sommes parfaitement capables de réduire puis réparer les dommages à la planète, de réduire les inégalités, de construire une harmonie symbiotique avec notre environnement, dans une sobriété de moyens et de ressources.

Train et vélo, les transports doux. Tricycles et vélos-cargos électriques permettent le transport des charges lourdes. Les premières autoroutes à vélo inter-cités naissent en Europe.

Transition citoyenne, parce que seul le comportement des citoyens peut être efficace face à l’impuissance ou la complicité des États devant les forces financières et industrielles qui protègent le modèle actuel. Parce que seules les forces de cohésion issues de notre humanité sont capables de pacifier un monde qui sera en grand bouleversement et grande difficulté. La coopération, la symbiose, l’entraide, la non-violence, dans la convivialité et la culture, sont les seules valeurs efficaces en temps de crise.

Cette transition citoyenne bénéficie de la réhabilitation ou de la mise en place d’un pouvoir de décision à l’échelle du citoyen. Les techniques de démocratie horizontale, basées sur des notions de coopération et d’échange dans des systèmes de point-à-point, un modèle sans hiérarchie de pouvoir, dans un réseau de confiance transparent et révocable, permettent d’abolir les rapports de force et le contrôle autoritaire issus des systèmes pyramidaux traditionnels. Cette démocratie réelle, en émergence sur tous les continents, et à toutes les échelles, est à la portée de tout collectif de citoyens bien informés.  Ces techniques sont déjà utilisées autour de nous, y compris par des citoyennes et citoyens des Alpes du Sud.


Trouver sa place

Nous avons du mal à définir notre attitude face à tant de bouleversements annoncés, dont on comprend qu’ils ne seront pas tous réjouissants. Nous sommes tiraillés entre des forces diverses et parfois contradictoires, qui oscillent entre indifférence, désir d’engagement ou déprime. Mais nous sommes des millions, bientôt des milliards à prendre conscience que cette période de crise systémique globale est unique dans l’histoire de l’humanité, unique par ses effets négatifs, mais également unique comme opportunité pour réorienter un monde malade vers de nouvelles directions. Nous sommes également des millions à découvrir que nous pouvons agir.

Chaque transformation compte. Chaque petit acte revendiqué construit un nouveau monde, une nouvelle conscience personnelle, une nouvelle conscience collective. La Transition s’inscrit dans ce cheminement progressif, aussi bien personnel que collectif. Plus de soixante ans de luttes environnementales et sociales ont fait émerger de multiples alternatives de transition, partout dans le monde. Certaines sont devenues populaires et appliquées à l’échelle de grands territoires, d’autres sont encore confidentielles. Il est désormais facile d’échanger ce savoir.

Tout ce que nous pouvons mettre en place dès aujourd’hui, tout réseau, toute maille, toute autogestion, toute résilience, toute collégialité, tout savoir-faire local et partagé, toute solidarité, toute ouverture, toute réflexion, tout art, toute transmission, tout débat, est utile pour recréer des liens et des réseaux que des décennies de consumérisme aveugle ont effacé. Ces liens sociaux sont prioritaires, non seulement pour créer nos futurs échanges, mais également pour réduire les inévitables angoisses, et parfois leurs conséquences irrationnelles, que les temps de crise font surgir.

Les pratiques qui se rattachent au quotidien sont les plus efficaces pour commencer un changement de modèle heureux: modifier son alimentation et ses temporalités, ralentir, respirer, observer, marcher, préférer les modes de communication directe au lieu des communications virtuelles, prendre le temps de lire, de fréquenter les espaces culturels, de fréquenter les espaces naturels,  décrocher du modèle consumériste, décrocher du formatage numérique… ce sont les premières reconnections faciles avec le monde. Ces pratiques sont profondément modernes.

Découvrez les 10 thématiques des Assises !

Ce texte est librement utilisable sous licence libre « Collectif ST06  CC Attribution International »