Dernier rapport du GIEC: Valérie Masson-Delmotte fera une conférence aux Assises

Valérie Masson-Delmotte, co-présidente du groupe de travail n°1 du GIEC, qui fera une grande conférence aux Assises, est co-signataire du rapport scientifique de 400 pages publié ce lundi 8 octobre 2018, et envoyé à tous les dirigeants de la planète.

Ce rapport fait un État des lieux de la situation climatique, et décrit les conséquences difficiles de l’arrivée à 1.5° de réchauffement global, potentiellement à partir de 2030, dans dix ans. Pour éviter cela, les calculs indiquent que non seulement on doit stopper d’ici 10 ans l’augmentation actuelle de l’émission de Gaz à Effet de Serre, mais on doit surtout diminuer ces émissions de 45%, et arriver à une neutralité carbone en 2050, ceci afin d’éviter des conséquences encore plus tragiques pour la survie sur terre. Le passage à deux degrés serait un seuil signant des conséquences terribles. En d’autres termes, la décroissance de toutes nos consommations est incontournable, dès aujoud’hui, pour éviter le pire.

Parlons-en à nos dirigeants très écolos des grands pays les plus émetteurs de GES sur la planète, dans l’ordre d’importance de leur production de GES: Xi Jinping, Trump, Modi, Poutine, Shinzō_Abe, Merkel….

La vision terrible de l’Agence Internationale de l’Énergie…

« Nous sommes à la croisée des chemins, souligne Valérie Masson-Delmotte. Des mondes à + 1,5 °C ou + 2 °C seront très différents. Contenir le réchauffement exige des actions très ambitieuses dans tous les domaines – énergie, industrie, gestion des terres, bâtiments, transports, urbanisme –, ce qui signifie un changement radical de comportements et de modes de vie. Si nous n’agissons pas d’ici à 2030, la porte se refermera.

S’inscrire à sa conférence Mercredi 31 octobre, de 20H à 21H30, entrée libre dans la limite des places disponibles (inscription nominative obligatoire en raison du plan Vigipirate).